La Russie telle quelle

Jamais de Pravda, rien que la Vérité et toute la Vérité

Previous Entry Share Next Entry
Vladimir le Bel
me
mazarinsky

Potins sur Poutine

La presse parle d’un sompteux palais sur la mer noire qui appartiendrait à M. Poutine, un tsarsky podarok (cadeau royal) d’un oligarque-courtisan local au « Maître du monde ». On ne jase que de ça depuis des jours...

- Un peu d’étymologie, d’abord. Le prénom russe Vladimir vient du verbe vladet (posséder, maîtriser) d’oû vladyka (seigneur) + mir (1.paix, 2.le monde) ; donc Vladimir signifie « le seigneur/le maître du monde ».

Autres commérages. Lumpen-proletariat ou patriotards, le petit peuple richophobe en général n’aime pas la démesure et la frime des élites dirigeantes. Le pékin moyen reproche à Poutine sa cupidité, son yacht offert par le milliardaire Abramovitch et sa montre luxueuse qu’il porte, ô quelle horreur, à la main droite. Que peut-on dire à ce sujet ? Primo, la montre serait une Patek Philippe à 60 000 dollars. Philippe, donc. Et de un ! Secundo, le russe doit conclure que Vladimir Poutine est malheureux, si, bien entendu, on se réfère au proverbe russe - né de la plume de Griboyédov - счастливые часов не наблюдают, soit « les heureux n’observent pas l’heure / les chanceux ne portent pas de montres ».

- Un peu d’humour juif, ensuite. Histoire anecdotique et vraie. Qlqs années en arrière, Roman Abramovitch n’est pas encore Red Rom de Chelsea, il est à ses débuts : jeune homme d’affaires (affairiste selon certains). Un jour il vient louer un local à Moscou ; le propriétaire le reçoit et, au milieu de la discussion, lui demande : « Roman Arkadiévitch, vous ne serez pas juif par hasard ? » ; ce à quoi Abramovitch repondit : « vous savez, (tout à fait) par hasard (il s’avère que) je suis juif  ». Oligarques déchus ayant fuit le pays (Berezovski, Goussinky), oligarque déchu et jeté en pâture d’abord (à l’opinion publique déchaînée et rancunière), en taule ensuite (Khodorkovski) ou oligarques domptés et soumis (Abramovitch, Vekselberg), leurs patronymes tous portent la marque ashkénaze, ce sont tous des russes « un peu particuliers », des juifs russes. Les antisémites n’ont pas manqué de faire le raccourci « juif – oligarque » (et « maçon » au milieu !) pour désigner le coupable de tous les malheurs du pays. Ceux-là oublient de dire que Grichka Perelman est aussi un juif russe... 

Le destin de Mikhail Borissovitch Khorodkovski est sans doute le plus cruel, et le plus médiatisé aussi. Certains arrivent à se faire une opinion sur cette affaire, d’autres, plus nombreux (Gorbatchëv inclus), sont hésitants. On dit Khodorkovski prisonnier d’opinion, farouche opposant et ennemi personnel de Poutine qui se seraitt acharné sur lui. Une chose est sûre : l’ostrog (prison) a assez duré pour Khodorkovski. Certainement il est incombrant pour le pouvoir mais Khodorkovski, à la longue, risque de devenir un « comte de Monte-Cristo ».

La presse française critique sévèrement M. Poutine à cause, entre autres, de sa cruauté vis à vis de Mikhail Khodorkovski. Vladimir Poutine est-il un pionnier dans ce domaine de « pogrome d’oligarques » ? A mon avis, NON ! Et l’exemple, bien plus antérieur à notre époque, vient de France. Encore un Philippe pour Poutine (et de deux !) : Philippe le Bel. N’est-ce pas ce roi de France qui a été le pionnier dans ce domaine,lui qui a écrasé « les moines guerriers et usuriers », les Templiers, qui, comme on le sait, comptaient dans leurs rangs des francs (et des maçons ajouterait l’antisémite invétéré !) , des chrétiens donc, et des juifs aussi : là au moins la judéo-chrétienneté est incontestable. 

Remplacez Philippe par Vladimir, « Templiers » par « oligarques » et vous aurez tout compris :) . Comme quoi Vladimir Poutine n’aurait fait qu’appliquer la leçon française donnée par Philippe le Bel. L’archétype du souverain antioligarchiste s' appellerait Vladimir le Bel :) 

?

Log in

No account? Create an account